THE BOOK OF IVY – Amy Engel

Bonjour à tous !

Aujourd’hui on se retrouve pour parler de The Book Of Ivy d’Amy Engel publié chez pocket jeunesse et que j’ai eu la chance de gagné lors du concours organisé par Axelle alias L’étagère éphémère (retrouvez son blog ici).

Née pour trahir et faite pour tuer.
Sera-t-elle à la hauteur ?
Au nom de quoi seriez-vous prêt à tuer ?

À la suite d’une guerre nucléaire dévastatrice, la population des États-Unis s’est retrouvée décimée. Un groupe de survivants a fini par se former, mais en son sein s’est jouée une lutte de pouvoir entre deux familles pour la présidence de la petite nation. Les Westfall ont perdu. Cinquante ans plus tard, les fils et les filles des adversaires d’autrefois sont contraints de s’épouser, chaque année, dans une cérémonie censée assurer l’unité du peuple. Cette année, mon tour est venu.

Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule et unique mission dans la vie : tuer le fils du président que je suis destinée à épouser. L’objectif, c’est la révolution, et le retour au pouvoir des miens. Peu importe qu’un cœur de chair et de sang batte dans sa poitrine, peu importe qu’un innocent soit sacrifié pour des raisons politiques. Peu importe qu’en apprenant à le connaître, je fasse une rencontre qui change ma vie. Mon destin est scellé depuis l’enfance. Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera.

 

Nous découvrons Ivy le jour de son mariage arrangé avec Bishop – qu’elle a croisé une ou deux fois au court de sa vie.

Si Ivy est la descendante du perdant, Bishop, lui est le fils du président, le petit-fils de l’homme qui a vaincu l’ancêtre d’Ivy. Et la famille d’Ivy n’a rien oublié ; ainsi depuis des années, le père d’Ivy « programme » sa fille. Elle devra tuer Bishop après lui avoir fourni des éléments essentiels qui leur permettront de reprendre le pouvoir !
Un coup d’état qui aurait pu être parfait …

Qu’est-ce que ce livre GE-NIAL !
Sincèrement, c’est l’une des meilleures dystopies que j’ai lu !

On suit un personnage qui est actif, qui se pose des questions, qui remet en cause ses opinions et qui agit ! On assiste à des conflits intérieurs, à des mensonges familiales, à de la manipulation qui frôle le chantage affectif. Dans ce roman on ne sait pas qui est le méchant, qui est le gentil de l’histoire. Il n’y a pas d’antagoniste fixé ! Car chacun devient l’ennemi de l’autre et le lecteur ne peut même pas réellement se prononcer !

Ivy est une jeune fille intelligente qui n’a jamais eu la chance de penser réellement par elle-même. Alors qu’elle avait l’impression que son mariage avec Bishop allait l’enfermer dans une prison intellectuelle qu’elle ne pourrait forcer qu’en l’assassinant, elle découvre que c’est l’exact opposé ! Ce mariage la libère et elle devient qui elle doit devenir ; elle apprend à penser sans l’aval de sa famille et c’est ainsi que le parfait plan qu’avait conçu son père va peu à peu se fissurer.

Bishop est un personnage comme on les aime ; un peu impassible mais profondément gentil, qui pense par lui-même et qui n’attend pas qu’on lui dicte sa conduite. Il est plein de surprise et vous fera regretter qu’il ne soit qu’un personnage …

Si le roman tourne essentiellement autour d’eux, quand d’autres personnages font leur apparition ce n’est pas pour rien ! Chacun à un rôle bien précis, bien définie et n’est pas là pour occuper de l’espace. Preuve à l’appui ; ce livre n’est pas très épais mais qu’est-ce qu’il est dense ! Il n’y a pas le temps pour l’inutile chaque phrase, chaque mot à son importance et va droit au but !

Ainsi les familles de Bishop et d’Ivy sont excellentes. Les interactions entre les uns et les autres étaient un plaisir de lire ; entre hypocrisie, sincérité abruptes et faux semblants, une drôle de mécanique s’articule entre tout ce petit monde.

Comme je l’ai déjà dit, ce livre est relativement court comparé aux pavés que j’ai pour habitude de lire dans le genre mais n’en reste pas l’une des dystopies les mieux calibrées et pensées ! L’action et la « romance » sont en parfait équilibre. De plus la relation entre Ivy et Bishop est très réaliste et sans aucunes fioritures ; pourtant cela reste touchant.

Est-ce que je le conseille ?

A celles/ceux qui aiment les dystopies ? Affirmatif lieutenant.
A celles/ceux qui détestent les dystopies ? Vous vous douterez bien que non.
A celles/ceux qui aiment les romances d’amants maudits ? Cela devrait vous convenir parfaitement.

Bisous & lessive.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

7 commentaires sur « THE BOOK OF IVY – Amy Engel »

      1. J’ai lu le 2 aussi ^^ Et j’ai autant adoré que le premier. Bien différent mais perso je l’ai trouvé top =)

        Aimé par 1 personne

    1. Oh mince ! Bon c’est normal que ça ne plaise pas à tout le monde après ! Mais c’est vrai que comparé à beaucoup d’autre dystopie je l’ai trouvé beaucoup plus intéressant !

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s