L’ALCAZAR – LA CITÉ DU CIEL : tome 2 – Amy Ewing

Bonjour à tous !

Aujourd’hui on se retrouve pour parler du second et dernier tome de LA CITÉ DU CIEL d’Amy Ewing que j’ai terminé ce week-end. Il est sorti récemment chez la collection R que je remercie infiniment de l’envoie.

Si vous n’avez pas lu le premier tome, je vous invite à lire la chronique que j’avais écris à l’époque et que vous trouverez juste ici.

Elle est tombée du ciel… Saura-t-elle y remonter ?
Précipitée du haut de la Cité du Ciel dans l’espoir de rompre le cordon qui la relie à sa planète d’attache, Sera sait désormais où le trouver : sur la légendaire île de Braxos. Mais elle aura besoin pour l’atteindre de toute l’aide de ses alliés humains.

Le voyage promet en effet d’être périlleux et il n’y a pas de temps à perdre : la grande prêtresse abuse de plus en plus de sa toute-puissance, menaçant la survie de la Cité et de tous les êtres chers à Sera.

Celle-ci est prête à tout pour sauver son peuple, quand bien même il lui faudrait se sacrifier une nouvelle fois…

Ce second tome reprend exactement où nous a laissé le premier ; Sera, Leo & Agnes sont en route pour Pelago ; le pays d’origine de leur mère où ils espèrent rencontrer leur célèbre grand-mère Ambrosine Byrne et ainsi aider plus facilement Sera a quitté cette planète pour retrouver la sienne.

Cette duologie ne pourrait en réalité ne former qu’un seul et unique livre mais pour je ne sais quelle obscure raison il a été scindé en deux. Mais qu’importe, dès le premier chapitre on est replongé dans l’histoire de Kaolin, Pelago et de la Cité du Ciel ! On débarque ici dans un nouveau pays, Pelago qui est bien différent de Kaolin que l’on avait pu découvrir dans le tome 1. C’est une toute nouvelle culture que l’auteure nous présente, avec son Triumvirat composé de trois reines et tout un nouveau décor riche en couleurs et en nouveaux personnages.

Ce que j’ai particulièrement aimé dans ce livre, a été la découverte de la famille maternelle des jumeaux ; on découvre en leur grand-mère une matriarche avide de pouvoirs qui est prête à déclencher une guerre pour avoir ce qu’elle a toujours rêvé d’avoir. Elle ne se laisse arrêter par rien ni personne, surtout pas par sa famille. C’était un personnage réellement intéressant à découvrir et à suivre bien que détestable.

En parallèle de ses jeux de pouvoirs terriens, nous continuons de suivre les aventures de Leela, la meilleure amie de Sera, qui est toujours dans la Cité du Ciel et qui tente de découvrir les secrets de la grande Prêtresse ! J’ai adoré découvrir ce que cachait cette femme ; l’imaginaire de l’auteure m’a vraiment épatée et j’ai aimé être surprise par tant de révélations. Les chapitres se déroulant là-Haut nous plongeaient dans une atmosphère tendue, glauque par moment et stressante ; c’était des moments de lectures vraiment intéressant.

De plus les personnages sont attachants, ils évoluent beaucoup entre les deux tomes, apprennent à se découvrir, à s’écouter et passent de l’adolescence à l’âge adulte avec douceur mais réalisme.

Globalement, ce tome parle davantage de pouvoir politique, de manipulation de masse ou individuelle. Il aborde des sujets comme le contrôle mental que les parents peuvent exercer sur leurs enfants et soulève des questions importants tels que ; pouvons-nous décider de sauver les autres sans leurs consentements ?

C’est un saga qui traite davantage d’enjeux politique que personnel mais j’ai beaucoup apprécié cela dans une saga fantastique. Ici il n’y a pas réellement de personnages principaux, même si tout part de Sera, ainsi donc l’intrigue est plus globale.

De plus j’apprécie énormément la manière dont l’auteure à construit ses univers ; par exemple ce sont essentiellement les femmes qui détiennent le pouvoir et qui se battent pour leurs pays, autre exemple tout le peuple des céruléennes a comme normalité amoureuse le polyamour entre trois femmes. J’ai trouvé cela fort intelligent de sa part d’inverser ainsi les tendances, remettant alors en perspective les « normalités » établies dans notre réalité qui pourraient, dans d’autres contextes, ne plus être si normales que cela.

Bref, si vous aimez le fantastique, les jeux de pouvoirs et les intrigues intrigantes (allez bonne nuit, il est tard je ne sais plus ce que j’écris apparemment), n’hésitez pas et lancez-vous dans ce diptyque entraînant et intelligent, aux personnages attachants et attendrissants et à l’univers d’une richesse incroyable.

Portez-vous bien et buvez de l’eau.

Bisous

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s