LA PASSE-MIROIR – Christelle Dabos

Bonjour à tous !

Aujourd’hui, je vous retrouve pour parler d’une saga complète, d’une saga qu’on ne présente plus et d’une saga qui s’est terminé selon moi, en eaux de boudin.

Alors si tu ne comprends pas pourquoi je tease autant le titre de cette saga alors que c’est écrit juste au-dessus … sache que moi non plus je ne sais pas pourquoi je fais ça.

(PS : oui j’ai utilisé l’expression « en eaux de boudin ». Oui je suis née en 1996. ONLY GOD CAN JUDGE ME OK ?)

Sur ce, c’est parti, parlons de cette saga magistrale, j’ai nommé LA PASSE-MIROIR de Christelle Dabos, publié chez Gallimard Jeunesse.

Pour commencer, voici le résumé du premier tome :

Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.

Je ne sais même pas par où commencer.

Peut-être par le début me suggéreriez-vous ? Certes.

Le début est magique. Vraiment. En quelques chapitres l’auteure nous présente un univers riche, détaillé. Un monde fait « d’arches » des espèces d’îles mondes flottant dans l’air. Un monde fait de magie et de logique. Un monde régit par des esprits de famille ; un par arche. Ils sont immenses, ils sont beaux, ils sont divins et pourtant ils sont sans mémoire.

Dans le tome 1 on découvre d’abords Anima, l’arche d’Ophélie, notre héroïne myope à l’écharpe folle. On découvre les pouvoirs de sa famille et son pouvoir à elle. On est transporté à travers les miroirs et à travers les souvenirs des objets qu’elle peut lire.

Puis on fait la rencontre de son fiancé-arrangé Thorn. Et elle s’envole avec lui sur le Pôle, une autre arche bien plus froide et sombre que celle d’Ophélie. Et là voilà qui tombe dans les secrets, les complots et la folie du monde.

Le premier tome de cette saga était exceptionnel. J’ai adoré découvrir Ophélie. J’ai adoré découvrir Thorn et ses manies. J’ai adoré découvrir l’Univers, tout simplement. C’est un roman d’introduction qui n’est pas planplan, qui nous offre des rebondissements et des découvertes importantes pour la compréhension solide des bases de l’univers et des personnages.

Vient alors le tome 2 : le chef-d’oeuvre de cette saga selon moi. On ne suit plus seulement la petite vie d’Ophélie mais toute une enquête de disparitions. Les personnages évoluent beaucoup et s’affirment d’autant plus. Ces deux premiers romans sont, certes des petites briques, mais ils sont captivants et se lisent à la vitesse de la lumière. Et nous laisse avec la nécessité de lire la suite, sans attendre. La fin du deuxième tome est haletante, intriguante, rageante aussi ! Dans ce roman il y a de l’humour, de l’amour, de reproches, des révélations, de la magie, du grandiose et, chaque chapitre, nous offre des révélations folles ! C’est hallucinant d’imagination.

Puis il y a le troisième tome qui, sans dissoner des deux premiers commence doucement à emprunter une pente qui diffère du sentier que l’on suivait initialement. C’est un roman long, très long où les chapitres ne sont plus aussi entraînants, et où les révélations sont toujours là à nous tomber dessus mais ces révélations s’avèrent moins spectaculaires. Cependant, le dernier tier, redevient ce que l’on connait et, on pardonne le début un peu étrange. Et en refermant le livre, on se demande bien comment cela peut-il bien se terminer pour tout le monde, comment l’auteure va-t-elle s’en sortir pour répondre à toutes nos questions en un seule tome final.

Et arrive le tome final. Et, là, selon moi, c’est le drame. Où est la Passe Miroir ? Où est la saga que j’aimais tant ? Je reconnais les personnages, l’univers, mais le tout n’a plus le même sens. Alors que les trois premiers tomes semblaient avoir été écrit à la suite, semblaient avoir été pensé comme un unique roman, cette fin semble ajoutée maladroitement. Alors que tout s’imbriquait depuis le début, alors que jamais je n’avais vu venir une révélation, J’AI DEVINÉ TOUTE LA FIN ! La logique n’est pas là. Les incohérences se multiplient et on se retrouve à ne même plus savoir qui est encore là, qui ne l’est plus et qui à servit à quoi.

La trilogie reste donc pour moi une merveille. Mais ce quatrième tome est une déception terrible, pour ma part. Je sais ne pas être seule à penser cela (ma sœur est totalement d’accord) mais je sais aussi que beaucoup on adoré.

Alors oui, je la recommande pour l’imagination folle de l’auteure, pour les personnages absolument excellents qu’elle a su nous faire aimer du début à la fin (ou presque). Je vous le recommande parce que c’est terriblement bien écrit, le vocabulaire est riche, la syntaxe soignée et c’est d’une addiction folle.

Je vous le recommande pour Thorn et son caractère unique, pour Ophélie et sa personnalité étonnante, pour son courage, ses incohérences, pour Archibald et son humour, pour le Pôle et ses intrigues, pour Babel et ses secrets, pour Eulalie et sa folie.

Si je reste extrêmement déçue par le dernier tome, je dois reconnaître l’immense talent de l’auteure et espère lire prochainement un nouveau livre de sa création.

Cela étant dit, passons aux spoils et aux multiples reproches que j’ai a faire aux personnages.

Si vous n’êtes pas à jour, passez votre chemin et ne me détestez pas x)

Ce qui suit est du second degrés, prenez-le comme tel. 

Thorn est le meilleur perso, il ne méritait pas une fin aussi bâclée. Et même si je l’aime de tout mon cœur ; Thorn qu’as-tu fait de ton cerveau mon grand ? Tu l’as posé entre le tome 2 et le 3 peut-être ? Il est resté coincé dans le miroir lui aussi ?

Victoire n’a servi à rien. Enlevez-là de l’équation, vous aurez le même livre. Genre Victoire ? T’es qui ? Tu sers à quoi ? Juste à nous prouver qu’il y a un lien entre le tome 3 et 4 ?

Ophélie et ses doigts en moins : gros problème de logique dans cette histoire. Genre ENORME problème de logique. Les autres ils passent tranquillou, elle il faut l’amputer d’urgence pour sauver l’équilibre.

Ophélie ressemble à Eulalie ; tout le monde le remarque. Mais qu’Eulalie est la même tête qu’Ophélie et le reste de sa famille reste impossible à remarquer apparemment.

Archibald, mon ami, mon bro, pourquoi tant de haine à ton égard ?

Renard et Gaëlle, excusez-moi, vraiment, j’ai même pas capté que vous n’étiez plus là.

Bérénilde, RIP, tu n’as plus aucun intérêt depuis deux tomes mais tkt, on ne t’oublie pas.

Octavio, tu t’es bien battu.

L’autre. Je sais qui t’es depuis le tome 2.

Dieu, tu m’as bien eu. En fait, tu t’es eu toi même apparemment.

Voilà, c’est tout pour moi.
J’ai adoré le tome 2. Lisez-le. Magnifique.

En vrai, je rage mais la saga reste excellente et est l’une des meilleures qui existe dans le genre. C’est magique et surtout, l’imaginaire que l’auteure nous offre nous semble illimité.

Merci madame l’auteure. Vous avez réussi à m’énerver comme jamais sur un dernier tome, ce qui en dit long sur l’implication que les lecteurs ont en lisant vos livres. Merci.

Bisous & chapeau troué.

 

2 commentaires sur « LA PASSE-MIROIR – Christelle Dabos »

  1. Super chronique ! Pour ma part je comprend tout à fait que le quatrième tome soit complètement différent par rapport aux trois premiers et en effet, ça donne un peu un côté bizarre, cependant je suis heureuse de l’auteure ai pu aller au bout de son idée, bien qu’un peu complexe, et j’ai trouvé que cette trame avait bien été réfléchie.
    Après, dommage que certains personnages aient été totalement laissés de côté :/

    Aimé par 1 personne

    1. Merci 🙂
      Je vois ce que tu veux dire même si je ne suis pas complètement d’accord. Pour moi, il y a un petit problème de logique qui rend la fin un peu étrange mais comme tu dis, oui c’est bien que l’auteure soit aller au bout de son univers et, comme je le disais je ne sais plus quand ; les fins des sagas sont toujours particulières et ne semblent appartenir qu’aux auteur(e)s eux-même !
      Oui, après c’est souvent le problème avec autant de personnages …

      Aimé par 1 personne

Répondre à Anoki Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s