LES MONTAGNES HALLUCINÉES – H. P. Lovecraft

Bonjour à tous !

Aujourd’hui je vous retrouve avec beaucoup trop de joie pour vous parler des MONTAGNES HALLUCINÉES  de Lovecraft, un auteur très connu que je me devais de lire un jour ou l’autre. Son oeuvre était si vaste que je ne savais par quoi commencer donc après avis auprès de connaisseur, je me suis lancée dans la lectures de cette nouvelle-ci.

Verdict ? J’ai adoré !

Si vous ne connaissez pas l’univers de Lovecraft, cela se résume en quelques mots : fantastique, horreur, science-fiction. De base, l’horreur ce n’est pas ma tasse de thé, mais je voulais absolument donner une chance à cet auteur et j’ai bien fait !

LES MONTAGNES HALLUCINÉES, est d’abord un récit d’aventure ! Notre narrateur, un professeur géologue, nous narre son expédition en Antarctique et les terribles (et incroyables) découvertes qu’il y a faite dans le but de prévenir de futurs explorateurs qui seraient d’avis d’aller, eux aussi, faire une excursion là-bas.

Cette nouvelle était simplement captivante ! Rien que le premier tier, relatant l’arrivée au pôle, l’installation scientifique et décrivant les montagnes m’avait séduit à 100%. Lovecraft (enfin le traducteur) a un style unique ; c’est soutenu, riche et terriblement poétique, contrastant énormément avec le récit fantasque et monstrueux !

« […] le ciel et la terre enneigée ayant tendance à se fondre dans la fascination d’un vide opalescent, où aucun horizon visible ne marquait leurs limites. »

Le reste du roman (et le dernier tier surtout) m’a enchanté (un peu terrifié aussi par moment, soyons honnête) et fait voyager au-delà du réel, dans un monde effrayant mais d’une richesse d’imagination incroyable où la fiction se transformait presque en mythe tant on avait envie d’y croire et tant Lovecraft semblait raconté une chose réelle car trop détaillée pour être inventée et cela en moins de 150 pages !

« Il fallait se méfier de son imagination sous le vent de ces montagnes hallucinées. »

Et c’est sans aucun doute cela qui m’a le plus bluffé. Etant une grande fan de fantastique et autres joyeusetés en tout genre, j’ai, depuis mon jeune âge, eu la chance de découvrir de très nombreux univers créés de toutes pièces par bien des auteurs différents. Et alors que j’étais habituée à des trilogies (le plus souvent) qui arrivait à peine en quelques tomes à nous condenser une multitudes de détails concernant leurs magnifiques et grandioses univers, j’ai découvert ici ce qu’était réellement la définition du mot « condenser » ! Lovecraft réussit à nous planter un décor, une histoire avec ses bases (solides) et ses détails en … si peu de mot mais qui sont si bien choisis que cette accumulation de l’extrême ne semble même pas en être sur le moment. Cela s’est imposé à moi une fois le livre terminé, quand je me suis fait un résumé rapide de tout ce que je venais de lire et de découvrir en un si petit nombre de page.

« Même le refrain du vent prenait un accent particulier de malignité consciente ; et il sembla une seconde que le son composite contînt un bizarre sifflement musical ou flûté, couvrant une gamme aussi large que le souffle qui balayait en tout sens les omniprésentes et sonores cavernes. »

Cependant, si vous êtes fan de dialogue ou de développement de personnages … ce n’est peut-être pas fait pour vous 😉 Car Lovecraft, même s’il écrit à la première personne, ne fait absolument pas de son personnage-narrateur l’acteur central du récit ! Il n’est là que pour nous décrire, nous raconter son histoire ! On ne sait rien de lui, on ne saura rien de lui et pourtant, on veut le suivre, on veut qu’il nous emmène aux portes de l’hallucinant et on veut qu’il y arrive mais tout en étant si peu proche de lui ! Alors oui, pour lire Lovecraft il faut aimer les descriptions, les tournures alambiquées et la narration. Mais je vous assure que c’est d’une beauté poétique à pleurer …

« Au delà, un ciel découpé en vapeurs tournoyantes, éclairé par l’oblique soleil polaire – le ciel de ce mystérieux royaume, là-bas, sur lequel nous sentions qu’aucun regard humain ne s’était jamais posé. »

Bref, vous l’aurez compris, j’ai été conquise par cette nouvelle et j’espère sincèrement que les autres nouvelles de l’auteur seront du même niveau ! Je vous en reparlerais certainement !

Et vous, connaissez-vous Lovecraft ? Quelles sont vos nouvelles préférées de l’auteur ? Vos avis m’intéressent en tout cas 😉

Bisous & shoggoths

« Le ciel au-dessus était un bouillonnement opalescent de légères vapeurs glacées […] »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s