EXTINCTA – Victor Dixen

Bonne année 2020 à tous ! Je vous souhaite joie, santé, bonheur et réussites en tout genre. J’espère que tous vos rêves et projets pourront se réaliser et vous faire vivre une année (voire une décennie) plus folle encore que la précédente.

Et c’est donc avec ma chronique d’EXTINCTA, le nouveau roman de Victor Dixen publié chez la Collection R (que je remercie d’ailleurs de l’envoie), que nous allons commencer l’année en beauté.

Pour ceux qui me suivent ou me connaissent depuis un petit moment, vous n’êtes pas sans savoir que, contrairement au reste de la population bookstagram, je n’ai jamais réussi à comprendre l’engouement autour de la saga PHOBOS de l’auteur car si j’avais apprécié le début, le milieu m’avait franchement déplu. Et son roman suivant ; COGITO n’avait pas non plus résonné en moi. Au final, ce que je « reprochais » à l’auteur (calmez-vous, je ne me prends pas pour un dieu littéraire sur Terre destiné à juger M. Dixen, je vous partage juste mon ressenti, qui n’engage que moi d’ailleurs) c’était ses personnages.  Ils étaient souvent trop détestables ou trop illogiques dans leur manière de penser pour que je parvienne à m’identifier et cela m’empêchait de construire de l’empathie  envers eux ou même un véritable intérêt. Cela me frustrait doublement ; d’une part parce que les sujets évoqués et dénoncés dans les livres me plaisaient énormément, d’autres part parce que l’écriture de l’auteur était soutenue, riche et contrastait avec bien des romans jeunesses où le style est soit disant « adapté aux jeunes » alors même que c’est absurde de penser que les « jeunes » ont besoin d’un style adapté !

Donc pour être honnête, en recevant EXTINCTA, je me disais que cette lecture s’avérerait compliquée. Puis je l’ai lu. Les débuts étaient sympathiques, entraînants, les personnages étaient percutants, originaux, nuancés dans leur caractère, riches en personnalités. Arrivé au milieu de ma lecture j’étais happée par l’histoire, j’étais aussi très attaché aux personnages, je me posais bien des questions, je voulais terminer le roman, vite ! Et puis la fin ; presque parfaite !

EXTINCTA, comme son titre l’indique, parle de l’extinction des animaux, de la civilisation, presque du monde ou du moins du notre. C’est un livre entre la science-fiction et la fantaisie tant on a l’impression d’être embarqué dans un autre monde alors même que c’est bien le nôtre. On découvre une nouvelle civilisation qui doit faire face aux conséquences affreuses de la pollution et la destruction de la Nature. On découvre des cités où les humains se sont vus divisés, classés selon leur naissance. Et au milieu de tout cela on rencontre Astréa et Océrian. L’une est en bas de l’échelle sociale, l’autre tout en haut mais en marge de ses pairs. Et alors que rien ne les prédestinait à se rencontrer (sauf une anguille et un serpent peut-être?), ils vont ensemble parcourir bien des distances pour arriver aux derniers secrets du monde.

C’était une aventure pleine de rebondissement, pleine de détails et de descriptions. J’ai aimais découvrir l’univers que l’auteur a créé, j’ai aimé m’y perdre et y croire surtout ! Le roman n’est pas monotone, pas ennuyeux, on avance avec les personnages et on découvre toujours de nouvelles informations ! C’est rythmé et addictif.

Les personnages sont excellents, bien travaillés et remplis de qualités et défauts, les rendant crédibles et attachants. Ils sont nombreux, ont tous des traits spécifiques et évoluent au fil de l’histoire sans changer ! Astréa et Océrian ont de vrais passés qui sont utiles et impactant, mais ce ne sont pas les seuls ; les personnages secondaires aussi, ils ne sont pas simplement là pour remplir du vide mais participent réellement à la construction du récit !

L’écriture est toujours aussi jolie, le vocabulaire est riche, soutenu ce qui est toujours fort plaisant à lire ! De plus la poésie occupe une place importante au cœur du roman ; Baudelaire et Dickinson sont cités, ce qui est gage de qualité.

Bref, vous l’aurez compris, j’ai beaucoup apprécié ce roman. C’est un one-shot qui fonctionne parfaitement, qui est entraînant et qui nous laisse avec un sentiment doux-amer que j’apprécie plutôt ! De mon point de vue (qui ne vaut pas grand-chose je vous l’accorde) c’est de loin le meilleur roman de l’auteur.

Bisous & nuée.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s