NOTES NOIRES – Pam Godwin

Bonjour à tous !

Aujourd’hui on se retrouve pour parler de NOTES NOIRES de Pam Godwin, tout juste sorti en août dans la collection Hugo Poche que je remercie de l’envoie !

Émeric Marceaux est un fils prodigue et un célèbre pianiste qui enseigne avec ferveur et fermeté à de jeunes élèves triées sur le volet.

Autoritaire, raffiné, secret, directif, insaisissable et impitoyable, il envoûte ses élèves toutes amoureuses de lui.

L’une d’elle, Ivoire Westbrook, a intrigué le maître qui l’a choisie pour en faire son oeuvre érotique malgré l’interdit qui pèse sur leur passion.

Souple et solide, réfléchie et naïve, douce et réceptive, Ivoire porte les stigmates des viols et abus qu’elle a subis et dont son maître veut la débarrasser en la poussant toujours plus loin sur les chemins du plaisir.

En choisissant ce livre, je savais que je sortais de ma zone de confort et m’aventurais dans un terrain un peu miné qu’est celui de la dark romance/drame psychologique romantique/légèrement bdsm. Mais j’étais curieuse et voulais un peu changer mes habitudes, alors je me suis lancée.

Verdict ? Il y a du bon. Il y a du moins bon.

Parlons d’abord de l’histoire ; Ivory est une adolescente à la vie compliquée. Elle est dans un lycée de musique et souhaite plus que tout intégrer LA plus grande école du pays ; Léopold. Sauf que ce n’est pas si simple ; elle vit dans une grande précarité (contrairement à ses très riches camarades de classes), se fait violenter et violer de manière quasi quotidienne et doit assumer la charge financière de la maison & co. et a donc du trouver un moyen de gagner de l’argent …
Sa vie était tristement horrible jusqu’à sa rentrée de terminale où elle rencontre son nouveau prof de piano : Émeric Marceaux.

Et alors là, c’est le drama. Il tombe sous son charme et veut absolument devenir son maître. Ah oui, parce qu’Emeric c’est un peu Christian Grey dans ses jeunes années.

Résultat de recherche d'images pour "christian grey gif"

Bref, ce roman nous narre à la fois l’histoire d’une jeune fille en difficulté et d’autres part une relation prof/élève interdite.

Est-ce que c’est bien ? Sans l’aspect bdsm, cela aurait été génial !
Même si je pense que ce livre aborde mieux cet aspect que fifty shades, je ne suis pas vraiment fan car cela rime aussi avec des mots plus vulgaires. De plus je pensais que cet aspect de leur relation aurait un intérêt et/ou apporterait une sorte de morale à l’histoire, mais pas du tout. Avec ou sans, le roman aurait pu faire passer exactement les mêmes idées et c’est fort dommage car l’on a parfois l’impression que cet aspect a été rajouté parce que … le bdsm était à la mode !

Mais bref, à part cela j’ai aimé découvrir la dure vie d’Ivory, j’ai aimé voir son évolution au fil du roman. et surtout j’ai aimé qu’elle ne soit pas placée en position de victime h24.

Elle était une héroïne sympathique pour qui on a beaucoup d’empathie mais sans être pitoyable car elle à de la répartie et malgré tout garde courage, espoir ! J’ai aimé le fait qu’elle évolue psychologiquement mais moins le fait qu’elle se repose entièrement sur Émeric.

D’ailleurs parlons d’Émeric. J’ai eu beaucoup de mal avec lui dans toute la première moitié du livre car je ne le trouvais pas cohérent. Ses pensées, ses actions et son passé semblaient en contradictions … surtout car il était sensé être un adulte responsable !
En fait, je trouvais qu’il avait davantage le comportement d’un ado ce qui lui enlevait un peu de crédibilité. Mais une fois la romance installée, je trouvais qu’il reprenait un rôle d’adule réfléchi, calme et j’ai préféré ! Son petit coté dominateur permet vraiment à l’histoire d’avancer alors qu’Ivory, elle, se laissait plutôt porter par la vie.

Au final, leurs personnalités étaient toutes deux attachantes et j’espérais réellement un happy end pour ces deux-là !

Quant à l’écriture de l’auteure, c’était entraînant mais je déplore le langage vraiment vulgaire et grossier. J’estime que bien des exemples dans la littérature new-romance peuvent prouver que sexe ne rime fatalement pas avec vulgarité.

Bref, c’était une lecture difficile par moment, l’auteure ne nous épargne pas. Les moments violents que vivent Ivory sont assez insupportables. Mais suivaient de jolis moment de romances, de dialogues pleins d’humour !
Le côté musique est davantage approfondie à la fin et j’ai aimé le message que passe l’auteure concernant les musiciens et leurs apprentissages !

Est-ce que je le conseille ?

A celles/ceux qui sont sensibles à la violence dans les livres ? Abstenez-vous.
A celles/ceux qui ont aimé fifty shades ? Absolument.
A celles/ceux qui veulent découvrir une romance compliquée prof/élève ? BINGO !

Bisous & cravate.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s