SOUVIENS-TOI DE DEMAIN – Vanessa Caffin

Souviens-toi de demain. Ce dont je vais réellement me souvenir est simple : il n’y a pas que les couvertures qui sont trompeuses, il y a aussi les quatrièmes de couvertures !

Bonjour à tous !

On se retrouve aujourd’hui pour parler de Souviens-toi de demain, de Vanessa Caffin, une auteure que j’ai découvert avec ce roman.
J’étais dans une boutique de livres, pas réellement inspirée et voulant un peu changer de registre (aka arrêter de lire des livres abordant la seconde guerre mondiale).
J’étais dans un état d’esprit plein de bonnes intentions ce jour-là : la couverture n’aura aucune influence dans mon choix.
J’ai donc lu pas mal de quatrième de couverture.
Puis je suis tombée là-dessus.

Victime d’une agression, Charlie se réveille à l’hôpital totalement amnésique. Non seulement elle a tout oublié de son passé, mais elle est incapable d’enregistrer de nouveaux souvenirs. Pour ne pas perdre le fil des événements, elle tient un journal. Sur la première page figurent quelques lignes pour le moins troublantes : « Je vais mourir. Retrouver mon mari, retrouver Adam », ainsi qu’un numéro de téléphone portable. Est-elle menacée ? Qu’est-il arrivé à Adam ? Pourquoi ne lui répond-on jamais lorsqu’elle appelle à ce numéro ? 
Déterminée à reconstruire le puzzle de sa vie, la jeune femme part en quête de la vérité, avec ses notes comme seule boussole ainsi que le badge d’une agence de publicité où elle semblait travailler avant son accident. Mais tout sonne faux et la voilà saisie d’une affolante paranoïa, d’autant plus que son entourage paraît s’acharner à brouiller les pistes. Charlie le sait, elle ne peut se fier à personne, ni même à sa mémoire…

Ça m’a intrigué, je l’ai acheté.
Je l’ai lu. En un peu plus d’une semaine, ce qui est relativement long pour un livre relativement si peu épais. J’ai tout simplement été déçue dès le troisième chapitre.

Le résumé m’avait fait espérer une histoire qui n’est tout simplement pas celle que je lisais et, sur le moment, je n’arrivais pas à me contenter de ce qui défilait devant mes yeux. Je voulais une autre histoire, un autre enjeu, parce que celui que l’auteure m’offrait n’était pas celui que j’avais envisagé. Vous comprenez ?
Sur le moment j’ai été déçue. Très déçue. J’ai même fait une pause dans ma lecture et puis sans enthousiasme j’ai poursuivi et fini ce livre.

Il faut avouer que, même si j’avais eu une quatrième de couverture plus proche de la réalité de la lecture je l’aurais surement lu aussi.

Ce livre parle d’un psychopathe. D’un vrai psychopathe. Vous êtes dans la tête de ce type.
Et quand vous n’êtes pas dans sa tête, vous êtes, effectivement, dans celle d’une fille sans mémoire, perdue, qui a rarement un comportement sensé (mais c’est normal elle ne se souvient de rien, on lui pardonne). Alors oui je ne m’attendais pas à lire ça. (PS : je ne spoile rien, on le sait dès la deuxième page que ce type est dérangé)

On s’attache très vite à l’héroïne parce qu’on se sent aussi perdu qu’elle. On voudrait pouvoir l’aider, lui dire de fuir, de courir … L’ambiance du livre est pesante et malsaine. On devient, au fil des pages, aussi paranoïaque que Charlie.

Maintenant que j’ai eu le temps d’enregistrer, de classer, d’archiver, de commenter et d’analyser tout ça dans ma tête, je peux dire que je suis très contente d’avoir lu ce livre. C’était la première fois que j’étais « dans la peau d’un psychopathe » et c’était intéressant ! Ça permet une nouvelle approche de l’être humain qui nous est (j’espère) totalement inconnue et très peu concevable parce qu’on n’arrive pas à comprendre sa logique (si tenté qu’on puisse appeler ça de la « logique »).
C’était intéressant comme lecture.

Parlons du message, de la morale de cette histoire. Je ne l’ai pas comprise. L’auteure a voulu me présenter un psychopathe dangereux puisque banal, un type qui pourrait très bien être mon prof, mon voisin, ou ce type que j’ai croisé dans la rue hier soir. Ok. Mais je suis presque sûre que ça n’était pas son seul but ! Alors je me dis que quelque chose a dû m’échapper. Parce que je n’ai pas compris cette histoire et encore moins cette fin, que je ne peux même pas qualifier de fin ouverte.
On suit notre héroïne, on glane quelques informations à droite à gauche avec elle, on se pose les mêmes questions qu’elle, mais à la fin nous n’avons pas toutes les réponses, pas tous les enjeux, pas tous les secrets. Et on nous balance cette fin là au visage !
Franchement je ne demandais pas un happy end, mais au moins quelque chose de plus … plausible. Et puis il y a une ENORME incohérence ! POURQUOI GEORGES NE VA-T-IL PAS VOIR LA POLICE AVEC CE QU’IL A TROUVE ? POURQUOI ?

J’avais l’impression que l’auteure n’aimait pas son personnage. Et je déteste avoir ce genre de sentiment à la fin d’un livre, ça me déplaît réellement parce que je sais qu’un auteur ne peut pas haïr ses propres créations ! Si ?
Du coup ça me fait me remettre en question et me dire que c’est tout simplement moi qui n’ai pas été capable de comprendre le message, ou simplement que je n’y ai pas été sensible.

Cependant, ce livre presque deux mois après ma lecture est encore dans un coin de ma tête, j’y pense parfois, j’y réfléchis ; ce qui est la preuve que l’auteure a réussi à transmettre quelque chose !

Suis-je la seule à me poser autant de questions métaphysiques sur un livre ? Non non, vous aussi j’en suis sure !

Au final est-ce que je le conseille ?

A celles/ceux qui sont curieux/se d’être mal à l’aise dans la tête d’un taré : oui !
A celles/ceux qui cherchent un sens à leur vie et à leurs lectures : pas vraiment.
A celles/ceux qui aiment les thrillers : oui tout à fait, je pense que ça peut être sympa.
A celles/ceux qui sont en ce moment en pleine dépression : sûrement pas.
A celles/ceux qui ont envie de se poser pleins de question avec moi : FONCEZ ET VENEZ EN PARLER !!!!

Bisous & carnets noirs.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s